EpargneClimat.fr

Comparatif Banques en ligne 2017 : Qui est la meilleure ?

Depuis quelques années, vous voyez un nouveau genre de services bancaires fleurir sur la toile. Cartes prépayées, contrat d’assurances-vie en ligne, sociétés de crédits accessibles directement sur le net, et, surtout, banques en lignes. Quelles sont ces entités bancaires ? Qu’est ce qu’elles changent réellement pour nous ? Est-ce que les gammes de produits et services qu’elles offrent sont complètes ? Et puis, sont elles bien sécurisées ?

 

S’il est incontestable que les tarifs affichés par les banques en ligne défient toute logique bancaire tenue jusqu’à présent, de nombreuses personnes restent encore sceptiques et hésitent à franchir le rubicond de la toile pour gérer leurs comptes bancaires. Le doute quant à la fiabilité de ces nouveaux acteurs internet doit encore envahir le cerveau de nombre de nos contemporains. Peut-être pensent-ils que l’offre est trop belle pour être honnête ? Qui sait ? Tous ceux et toutes celles qui sont passés en ligne (c’est mon cas depuis 2008, bientôt 10 ans !) peuvent pourtant témoigner d’une vie bancaire beaucoup plus simple, immensément plus souple et surtout beaucoup moins coûteuse et plus sereine. Car les banques en ligne cumulent de très nombreux avantages, comme nous allons le constater dans les différentes pages de ce site.

Qu’appelle-t-on une banque en ligne ?

C’est LA question. Parmi tous les acteurs et opérateurs se réclamant du service en ligne, certains jouent effectivement sur les mots. Il convient donc de bien définir qui sont ces banques enligne que nous évoquons ici. Pour faire court, on distingue d’abord les tous premiers acteurs de la vente directe de produits et services bancaires. Cette première génération est surtout composée des organismes de vente directe par téléphone, voire par minitel. Banque Directe ou Cortal Consors sont de ceux-là par exemple.

Mais très vite, une nouvelle génération a pris la mesure des progrès technologiques. Cette génération, c’est celle que l’on définit sous le patronyme commun de « pure players ». C’est vrai joueurs ont débuté le plus souvent par des prestations liées à la bourse ou l’assurance-vie, usant de la modernité que permet internet, pour proposer des tarifs bien plus bas, pour des rendements bien plus élevés que la moyenne. Mieux, ces acteurs permettent et encouragent même l’autonomie complète du client, qui gère lui-même ses fonds et en disposent à son bon goût.

Ces banques en ligne, qui ont débuté dans le placement avant d’ouvrir leurs compétences à la gestion de compte bancaire, vous les illustration crédit en ligneconnaissez :

  • ING Direct, filiale du groupe Néerlandais Internationale Nederlanden Groep ;
  • Boursorama Banque, filiale du groupe français Société Générale ;
  • Fortuneo, filiale du groupe Crédit Mutuel Arkéa ;
  • Monabanq, filiale du groupe Crédit Mutuel CIC ;
  • BforBank, filiale du groupe Crédit Agricole ;
  • Hello Bank, filiale du groupe BNP Paribas.

Les pures players, donc, ce sont ces banques. C’est par elles et avec elles que la migration des comptes bancaires sur le net fut instituée. Et le mouvement ne cesse de prendre de l’ampleur. Tant et si bien que d’autres groupes de banques en ligne essaient de se rattacher aux bons wagons. Et de deux façons bien différentes.

D’abord, on trouve les banques en ligne de troisième génération. Mais, contrairement à leur nom, qui semble sous entendre que ces établissements sont dotés de technologie encore plus moderne, il s’agit au contraire des banques de dépôt qui ont posé l’intégralité de leurs produits et services en ligne. On trouve donc dans cette catégorie des banques comme l’e.LCL, ma banque enligne de BNP Paribas (anciennement l’agence en ligne de BNP Paribas, anciennement la Net Agence…), mon banquier en ligne de la Caisse d’épargne, voire HSBC, qui ne fait aucune distinction entre gestion en ligne et gestion en agence. Ces établissements proposent de petites remises sur certains services en contrepartie de votre autonomie partielle. Mais en vérité, ce ne sont aucunement des banques en ligne. Ne vous laissez pas abuser.

Ensuite, on trouve les néobanques. Et là, les choses peuvent être plus complexes. Car, leur vocation de start-up financières (ou Fintechs) les pousse à explorer les confins de la technologie de communication et des services financiers. Il existe de très nombreuses néobanques. Et toutes évoluent en fonction de leurs objectifs et des fonds qu’elles sont en mesure de récolter pour leur développement. Parmi celles-ci, Morning ou N26, voire Lydia, une carte prépayée munie d’un RIB et de la possibilité de maîtriser soi-même sa carte bleue. Ce qui distingue avant tout une néobanque d’un pure player, c’est son côté encore plus épuré, le fait que les comptes soient pilotables quasi exclusivement via smartphone et une rapidité et une sur-simplification des transferts de fonds, par sms, par mail, etc…

Avant de clore sur ce chapitre, sachez que le mouvement n’est pas terminé. Dans quelques jours à peine, Orange Bank viendra apporter encore une nouvelle fraîcheur. Avec une présentation de pure player et une technologie propre aux néobanques, Orange Bank promet la révolution. Mais ce n’est pas la seule. N26 grandit très vite, à travers toute l’Europe, et viendra certainement prendre une place prépondérante dans le développement des services financiers pour les années à venir. Carrefour Banque s’installe discrètement avec son compte C-Zam. Et puis, les grands absents se joindront au jeu.

Le groupe BPCE, parmi les géants de la banque en France et en Europe est incroyablement absent du développement internet. Mais plus pour longtemps, puisque la banque Française a racheté l’an dernier une néobanque collaborative Allemande, nommée Fidor, et qu’elle compte bien la lancer en France avant la fin de l’année 2017. Et puis viendra le tour de la Banque Postale, bien décidée, elle aussi, à enter dans le jeu, en 2018. D’autre part, des rumeurs circulent sur la possibilité de voir SFR, Casino voire Leclerc disposer eux-aussi de leur propre banque en ligne, dans une version néobanque, sans aucun doute… La partie est donc loin d’être jouée. Mais ce que l’on peut dire à l’heure actuelle, c’est que les pures players ont toujours une bonne longueur d’avance.

 

Les avantages de la banque en ligne.

illustration rachat de créditLes banques en ligne sont à l’avant-garde de la banque. Elles représentent sans aucun doute possible l’avenir de notre relation avec l’argent. Et pour une raison très simple ; l’argent papier est en voie d’être purement et simplement supprimé. Diverses expériences ont d’ores et déjà été mises au point dans différents pays, à commencer par la Suède et l’Inde. Le but, pour lutter contre le vol, le financement du terrorisme ou encore l’argent sale, c’est d’éliminer l’argent liquide. Que l’on soit d’accord ou pas avec cette vision des échanges monétaires, il ne fait aucun doute que c’est la direction que nos sociétés modernes prennent. En ce sens, les banques en ligne sont donc précurseur  de ce phénomène.

D’autre part, ces banques, bien que tournées vers l’avenir, sont déjà bien ancrées dans le présent. Et la gamme de service et de produits proposés, alliés à des tarifs très bas, en font forcément des compétitrices très crédibles aux banques de dépôt.

 

Les comptes bancaires et les cartes bleues.

Le premier avantage, celui sur lequel toutes les banques en ligne communiquent allègrement, c’est la gestion de compte et les cartes bleues. En effet, Qu’il s’agisse de N26 ou des six pures players en activité, toutes offrent la carte bleue et les frais de tenue de compte. Avec une petite nuance en ce qui concerne Monabanq. Cette dernière applique un tarif mensuel de 2 ou de 6 € en fonction du niveau de service souhaité. Mais la première formule offre déjà un panel de 40 services gratuits, avec la carte bleue Visa Classic.

En règle générale, toutes les banques en ligne offrent donc les services quotidiens d’une banque ; virements et prélèvements SEPA, paiements et retraits gratuits en Zone Euro, frais de tenue de compte inexistants, et de multiples autres frais qui disparaissent. Si bien qu’entre une banque en ligne et une banque de dépôt, on compte en moyenne 300 € d’économie par an pour les usagers. Et ce, sans compter que certaines banques, comme BforBank ou ING Direct offrent en plus les commissions d’intervention…

 

Les services clientèle.

Là encore, la différence entre une banque en ligne et une banque de dépôt est flagrante. Combien de temps vous faut-il actuellement, en moyenne, pour que votre conseiller vous réponde quand vous lui adressez un mail ? Dans une banque en ligne, les réponses du service client sont très rapides. Il est d’ailleurs rare que les délais de réponse dépassent les 36 heures, voire 24 heures pour les plus réactives. Mais il y a mieux encore ; la disponibilité.

En effet, le service client dans une banque en ligne est ouvert de 8 h (ou 9 h) à 21 h (ou 22 h…) tous les jours de la semaine, le lundi compris. Et le samedi, vous pourrez toujours joindre votre conseiller sur une plage horaire allant de 8 h à 18 h. Qui a dit réactif et disponible ? De surcroît, l’accès permanent à vos comptes via un ordinateur ou votre téléphone portable vous permet d’agir quand vous le souhaitez. Aucune obligation d’en passer par votre conseiller en agence pour obtenir une information ou effectuer un virement de votre compte courant vers votre épargne. Vous gérez tout, tout seul.

 

L’épargne.

Côté épargne, ne vous attendez pas à trouver une liste de dizaines de produits sensés répondre exactement à chacune des problématiques de votre vie. Ici, on fait simple. Livret A, livret développement durable, livret libre et contrat d’assurance-vie. Simple, efficace. Malgré tout, la rémunération des livrets libres n’est pas toujours aussi élevée qu’on le souhaiterait. Entre 0,10 et 0,80, voire 1,2 % dans certaines conditions. A ce jeu, Monabanq et Hello Bank sont sans doute les gagnantes.

Mais le plus côté épargne et placements, c’est à l’assurance-vie qu’on la doit. Ici, pas de frais d’entrée, de versement, d’arbitrage, et des frais de gestion très limité, allant au plus haut à 0,80 % sur les Unités de Compte. C’est là que se fait la différence. Dans un contexte où les assurances-vie perdent en rendement chaque année du fait des régularisations voulues par les instances gouvernantes (normal qu’en période de taux très bas les rendements baissent…), les banques en ligne font figure  d’exception. Avec des frais largement moindres, les rendements nets restent largement supérieurs dans une banque en ligne.

Et bien sûr, les fans d’investissement boursier pourront s’en donner à cœur joie. N’oublions pas que c’est le cœur de métier des pures players. C’est par là qu’elles nous sont d’abord apparues. On pense notamment à Boursorama Banque et Fortuneo. Ici, la philosophie reste la même, des frais réduits (très réduits même) et un accès aux marchés qui peut se faire de manière totalement autonome ou encadré dans un mandat de gestion calibré à votre profil. Le succès garanti depuis votre ordinateur.

 

Les crédits.

internet-secure-crypte

Derniers arrivés dans les gammes respectives des banques en ligne, il va sans dire que les crédits (consommation ou immobiliers) complètent parfaitement les offres respectives, en maintenant toujours la vision simple et efficace des banques en ligne. Aujourd’hui, 5 banques sur 6 disposent d’un prêt immobilier. Seule Monabanq n’en dispose pas encore. Mais la chose ne saurait tarder. Et à part ING Direct et Hello Bank, qui facturent des frais de dossier sur ces prêts, les pures players offrent tout ou presque ; pas d’indemnité de rachat anticipé du prêt sauf rachat concurrence, des taux très bas, des garanties de prêt en caution mutuelle pour plus de simplicité, et des prêts qui peuvent se monter intégralement en ligne, de la simulation à l’offre de prêt.

En ce qui concerne les prêts à la consommation, là encore, 5 pures players sur 6 en disposent d’au moins un. Ici, c’est Fortuneo qui ne s’est pas encore décidé. Monabanq et BforBank affichent des gammes complètes reprenant les prêts travaux, auto et conso classiques. Mais vous ne verrez jamais ici des gammes alambiquées vous proposant un prêt mariage, un prêt vacance ou un prêt loisirs… Tous ces prêts sont des prêts à la consommation, exactement semblables. Exit donc Cetelem, Cofinoga et consorts, toujours aptes à vous faire penser que chaque besoin nécessite une ligne de prêt spécifique. Dans une banque en ligne, les choses sont bien plus simples et gagnent en efficacité et en clarté. Vous empruntez et vous disposez de votre argent comme vous l’entendez.

 

Les assurances.

Pour l’instant, l’offre d’assurances est le parent pauvre des produits déclinés dans les banques en ligne. A part Monabanq et Hello Bank, qui offre une gamme complète, Fortuneo propose un contrat d’assurance auto. Mais toutes proposent des contrats, souvent inclus dans l’ouverture de compte et donc gratuits, relatifs à la protection de l’identité et des moyens de paiement sur internet. Nous vous laisseront découvrir  ces produits sur les pages de chacune de ces banques en ligne.

 

Les inconvénients des banques en ligne.

Côté inconvénients, on ne peut pas reprocher grand-chose aux banques en ligne. Peut-être leur

gamme allégée. Et encore, puisque les produits déclinés sont ceux dont nous avons le plus besoin. De plus, et surtout au niveau des assurances, il est toujours préférable de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Souscrire une offre bancaire en ligne vous laisse donc libre de signer vos contrats d’assurance où vous le souhaitez. Une banque en ligne ne vous demandera pas de contrepartie comme le font les banques de dépôt.

Au final, le seul inconvénient des banques en ligne tient au fait que ces nouveaux acteurs bancaires accélèrent le processus de dématérialisation de l’argent. Mais doit-on leur imputer cette évolution monétaire ? Si les banques de dépôt ne facturaient pas de frais si élevés, est-ce que les banques en ligne connaîtraient un tel succès ? Pas sûr. Ou du moins, pas dans ces proportions. Et le fai

banques-en-ligne

t est que les choses ne font que commencer. Restez bien à l’écoute. Car dans les mois qui viennent, au moins trois acteurs majeurs vont intégrer la partie ; Orange Bank, la nouvelle banque en ligne de du groupe BPCE, et celle de la Banque Postale. Sans compter les nouvelles idées qui émergent de part le monde et qui développent de nouvelles technologies financières et bancaires qui feront certainement de nous des traders en puissance, depuis le fond de notre canapé.

Nous vous souhaitons une bonne lecture et belles découvertes.