Quelles banques et assurances choisir pour les frontaliers suisses ?

Quelles banques et assurances choisir pour les frontaliers suisses ?

Un frontalier suisse, qui travaille en territoire suisse mais dont le domicile est en France, affiche des besoins spécifiques en ce qui concerne les banques et les assurances. Et il existe également des réglementations à respecter en la matière. Alors, à quels établissements s’adresser ? Comment choisir ?

Quelle banque pour les frontaliers suisses ?

Avant tout, il faut souligner que les frontaliers suisses se voient verser leur salaire en francs suisses (CHF). Par contre, ils vivent en France dont l’essentiel de leurs dépenses sont effectués en euros. De ce faire, ils sont exposés au risque de change : le taux de change entre les deux monnaies peut varier au fil du temps. Il est intéressant de noter que les établissements bancaires français ont mis en place des services spécialement élaborés pour les frontaliers.
Ces derniers peuvent alors se tourner vers des comptes en euros et en CHF. Les banques leur permet de jouir d’une garantie de change afin d’être protégé des éventuelles fluctuations des cours. Ils ont, en outre, le choix entre deux moyens de paiement, en l’occurrence les cartes de crédit associé au compte en CHF ou en euros. Il ne faut pas oublier les virements internationaux (LSV ou SWIFT). Quelques banques offrent même la possibilité de transférer directement le salaire reçu en CHF vers la banque en France. Voici quelques établissements auxquels les frontaliers suisses peuvent s’adresser : Crédit Agricole, Banque Populaire, CIC, Crédit Mutuel, Banque Laydernier et Société Générale.
En définitive, il existe deux alternatives pour les frontaliers suisses. D’un côté, ils peuvent choisir à la fois une banque française et une banque suisse. D’un autre, ils peuvent rester uniquement dans une banque française. Il faut alors s’assurer que le transfert direct est envisageable (ce service est notamment disponible auprès du CIC et du Crédit Mutuel).

Quelle assurance pour les frontaliers suisses ?

En matière d’assurance, des changements vont être opérés à partir de 2014. Jusqu’alors, les frontaliers suisses avaient le choix entre trois options : l’assurance maladie française, le système de santé suisse et l’assurance privée. Un décret en date du 23 mai 2014 précise les changements et annule le système dérogatoire pour les frontaliers suisses. Ce dernier s’achève le 1er juin 2014.
Auparavant, les frontaliers suisses jouissaient d’un droit d’option et la plupart d’entre eux (près de 9 frontaliers sur 10) avaient penché pour une assurance privée comme l’assurance maladie frontalier de la Caisse d’Epargne. A compter du 1er juin 2014, ils auront le choix entre la Sécurité Sociale française et LAMal (assurance maladie en Suisse). Les personnes ayant penché pour une assurance privée peuvent attendre jusqu’à échéance de leur assurance actuelle avant d’opter pour l’un des deux systèmes précédemment cités.
Les frontaliers qui opteront pour la Sécu seront soumis à une cotisation transitoire au taux de 6 % en vigueur jusqu’à fin décembre 2015. Par la suite, le pourcentage passera à 8 %. A noter que c’est le revenu fiscal qui est pris en compte au lieu du salaire brut.