La SSR Face à un Audit Financier Imminent : Un Consensus Politique Inattendu


Résumé : La SSR, l’une des rares institutions suisses à échapper au Contrôle fédéral des finances, pourrait bientôt être auditée. Une initiative parlementaire portée par Marco Romano trouve un écho favorable auprès de divers partis politiques.

La SSR pourrait bientôt être auditée par le gendarme de la finance

Une Exception Qui Fait Débat

La SSR (Société suisse de radiodiffusion et télévision) est actuellement l’une des trois institutions suisses, avec la Suva et la Banque nationale suisse, à ne pas être soumise au Contrôle fédéral des finances (CDF). L’indépendance journalistique et l’autonomie des programmes sont les raisons souvent évoquées pour justifier cette exception.

 

Une Initiative Parlementaire en Vue

Une initiative parlementaire déposée par Marco Romano, membre du parti du Centre, sera examinée le 4 septembre par la commission des télécommunications du National. Cette initiative semble avoir de grandes chances d’être adoptée, car elle séduit à la fois la gauche et la droite.

 

Les Voix Politiques S’élèvent

“La redevance représente un milliard de francs. Compte tenu de cette somme, du volume des activités et des discussions politiques en cours, la SSR devrait être soumise à la surveillance financière du CDF.”
— Marco Romano, membre du parti du Centre

Thomas Aeschi, chef du groupe UDC, a confirmé que son parti soutiendra l’initiative. Olivier Feller du PLR vaudois trouve également l’idée bonne. Valérie Piller Carrard, socialiste fribourgeoise, estime qu’il y a peu d’arguments pour s’opposer à cette initiative.

 

Quelles Implications pour la SSR ?

Si cette initiative est adoptée, la SSR devra se soumettre à un audit financier par le CDF. Cela pourrait avoir des implications importantes sur la gestion financière de l’institution, notamment en ce qui concerne l’utilisation de la redevance qui s’élève à un milliard de francs.

 


Informations Complémentaires

L’initiative parlementaire concernant l’audit financier de la SSR semble avoir trouvé un consensus politique rare. Si elle est adoptée, cela marquera un tournant dans la manière dont l’institution est réglementée financièrement.